Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pol

Charles Baudelaire, le Tonneau de la haine dans le recueil :" Les  fleurs du mal" paru en 1857. Hélas si tristement toujours au cœur de l'actualité. Tant que des Trump, Bolsonaro, Marine et Cie attiseront les braises incandescentes, les troupeaux sanguinaires continueront à agir en toute impunité....

Allez voter ce 28 juin 2020 ou pas mais en toute conscience. Les dictatures commencent souvent au coin de votre rue et l'histoire de l'humanité l'a démontré depuis des temps immémoriaux,  les extrémistes de tout poil en experts de l'enfumage des masses moutonnières en sont les spécialistes. Après avoir été égaré par intérêt ou lassitude par le chant des sirènes, il sera peut-être déjà trop tard pour changer le cap de votre vie d'après-demain.

 Le tonneau de la haine

La Haine est le tonneau des pâles Danaïdes ; 
La Vengeance éperdue aux bras rouges et forts 
A beau précipiter dans ses ténèbres vides 
De grands seaux pleins du sang et des larmes des morts,

Le Démon fait des trous secrets à ces abîmes, 
Par où fuiraient mille ans de sueurs et d'efforts, 
Quand même elle saurait ranimer ses victimes, 
Et pour les pressurer ressusciter leurs corps.

La Haine est un ivrogne au fond d'une taverne, 
Qui sent toujours la soif naître de la liqueur 
Et se multiplier comme l'hydre de Lerne.

- Mais les buveurs heureux connaissent leur vainqueur, 
Et la Haine est vouée à ce sort lamentable 
De ne pouvoir jamais s'endormir sous la table.

 

Charles Baudelaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article