Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pol

Malgré le déconfinement qui se profile, les bars, comptoirs et restaurants sont encore fermés pour plusieurs semaines. Pour tous les amateurs des ambiances si particulières de nos troquets, prenez ou reprenez une tournée avec les brèves de comptoir que Jean Marie Gourio a collecté durant 3 décennies. Un inventaire à la Prévert regroupant des florilèges d’aphorismes douteux ou une certaine poésie brute. Du bon sens commun, de l'observation, de la philosophie quotidienne affleurent derrière l'absurdité et la beauferie apparentes de certaines réparties des pochtrons patentés et des abonnés permanents de la taverne des soiffards composant la longue procession de ceux qui ne parviennent jamais à désaltérer leur âme depuis qu’ils ont embarqué sur leur bateau ivre. Un voyage aux confins d'un autre monde, peut-être celui de certains de nos petits matins gris qui se retrouvent soudain mis en lumière. Le tome 4 de l’anthologie est paru en ce début d’année. Des brèves sans comptoir pour le moment mais à déguster sans modération sous toutes les déclinaisons existantes, papier théâtre, film…

 

 Quelques extraits :

Je conduis que pour aller boire des coups, alors m'enlever le permis pour ça, c'est pas logique non plus.

Les vieux, c'est pas la peine qu'ils vivent au ralenti si c'est pour mourir aux urgences.

Le travail est la pire des drogues: ceux qui en ont en crèvent, ceux qui en manquent en crèvent aussi.

J'ai joué la date de naissance de ma femme, celle de sa mère, celle de ma fille, j'ai pas eu un seul numéro ! pas un ! c'est vraiment une famille de cons !

La bêtise c'est comme une sorte de fumier pour les légumes, alors que l'intelligence, ce serait plutôt de l'engrais pour les fleurs.

Pour les Parisiens, un oeuf, c'est déjà un zoo !

La langue la plus dure à apprendre, c'est se taire

Mon mari m'a tellement trompée que je ne suis pas sûr d'être la mère de mes enfants

Il a perdu son taxi parce qu'il buvait trop, maintenant il est chauffeur de car en Bretagn

On est habitués aux bruits de bottes, mais attention, faut faire attention, parce que le Front national, ils mettent des chaussons

Je crois en Dieu. J'ai dit JE CROIS, j'ai pas dit que j'étais sûr.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article