Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pol

Bientôt la Toussaint, l'occasion de profiter de la balade dans le cimetière familial pour jeter un œil sur les inscriptions qui jalonnent ces jardins de souvenirs. Sans pour autant oublier le fardeau des familles touchées par un deuil t et en tentant de ne pas offenser les visiteurs éventuels qui viendraient de perdre un proche, nous allons aujourd’hui cheminer vers ce pays inconnu dont nul voyageur ne revient (William Shakespeare) par le biais du mot du jour: l’épitaphe.

Les épitaphes, ces inscriptions gravées sur les pierres tombales se ressemblent souvent dans la forme et sur le fond. Les qualités du défunt sont décuplées et les défauts minorés, les épitaphes ont leur propre code pour donner une image de quasi-sainteté à tous les morts. Elles commencent généralement par ci-gît ou ici repose… Et vous verrez rarement des inscriptions objectives sur la réalité de la vie, du caractère et des travers de celui qui est enterré là six pieds sous terre.

Robert Sabatier écrivit un jour : "Un enfant, en lisant les épitaphes sur les tombes du cimetière, demanda à son père dans quel coin du cimetière on enterrait les méchants"...

Pourtant, quelques-uns prennent volontairement ou non une dernière fois les chemins de traverse vers l’au-delà pour un clin d’œil humoristique posthume comme en témoignent les exemples ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Armand-Jean du Plessis, cardinal de Richelieu :Ci-gît un fameux cardinal qui fit plus de mal que de bien.Le bien qu'il fit, il le fit mal, le mal qu'il fit,il le fit bien.

J'aime celle- ci , trouvée sur le net, je ne sais pas s'il s'agit d'un montage:

Alphone Allais : ci gît Allais-Sans retour

 

Henri Duchenne: Toi qui t'arrête ci, ci-gît Duchenne Henri. Il mania tour à tour l'humour et l'ironie.Mais pour la mise en boîte la meilleure de sa vie.Ce fut quand, du chêne, on mit Duchenne Henri!

 

Jacques Du Lorens, poète satirique (1580-1655)

“Ci-gît ma femme… oh ! qu’elle est bien,
Pour son repos et pour le mien.”

Romain Gary : je me suis bien amusé, au revoir et merci

 Gérard de Nerval : Il a vécu tantôt gai comme un sansonnet, tour à tour amoreux insoucieux et tendre, tantôt sombre rêveur comme un triste Clitandre.Un jour il entendit qu'à sa porte on sonnait. C'était la mort!Alors il la pria d'attendre qu'il eût posé le point à son dernier sonnet: et puis sans s'émouvoir, il s'en alla s'étendre au fond du coffre froid où son corps frissonnait.Il était paresseux, à ce que dit l'histoire, il lassait trop sécher l'encre dans l'écritoire.Il voulait tout savoir mais n'a rien connu.Et quand vint le moment où, las de cette vie, n d'hiver, enfin l'âme lui fut ravie, il s'en alla en disant: Pourquoi suis-je venu?

 

 

Et pour un peu d’humour noir, vous pouvez consulter les petits livres des épitaphes (imaginaires) de Philippe Héraclès.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carpe Diem...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mael Jouet 28/10/2020 11:46

Merci, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://mael-jouet.blogspot.com/