Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pol

Dans la série les mots ont parfois une sale histoire, revenons sur l'origine du verbe lyncher

William LYNCH est un juge du 19e siècle sévissant en Virginie aux États-Unis. Il mit en application la Lynch Law, la loi de Lynch. On n'est jamais mieux servi que par soi-même.

Un procédé qui consiste à exécuter sommairement et collectivement sans jugement régulier un criminel ou supposé tel. Il suffit de livrer à la vindicte populaire un coupable idéal. On exécute à tour de bras, généralement par pendaison, sans s'embarrasser de procédures qui ralentissent la justice et encombrent les prisons.

Contaminant l'ensemble des états, la pratique systématique du lynchage servit souvent, notamment dans le sud des États-Unis, de prétexte pour assassiner majoritairement des gens dont le seul crime était d'être noir. Malgré les lois fédérales en vigueur, le phénomène perdura jusqu'au milieu des années 1960, surtout dans les états sudistes, au travers les méfaits des sinistres racistes du klu-klu-klan bénéficiant d'une quasi-impunité sur leurs terres.

Yeaaah, vu sous cet angle, c’est chouette le Far West et l'American way of life. On comprend mieux que certains soient encore nostalgiques de ces méthodes expéditives, surtout depuis l’élection de l’affligeant triste sire Trump, caricature extrême du côté tragiquement sombre de l’Amérique et idole entre autres de tous les crétins de l’univers.Grand chantre des complotistes de tous bords,  Trump use et abuse depuis toujours de ses propres vérités alternatives via Twitter et Facebook et sa gestion catastrophique de l'épidémie après en avoir nié la dangerosité en cours ne remettra peut-être même pas en cause sa réélection. Le monde est décidément totalement fou.

 

En 1939, la chanteuse Billie Holiday intégre dans son tour de chant Strange Fruit, une chanson écrite par Abe Meeropol

Southern trees bear strange fruit

Blood on the leaves

Blood at the root

Black bodies swinging in the southern breeze

Strange fruit hanging from the popular trees

Pastoral scene of the galant south

The bulging eyes and the twisted mouth

The scent of magnolia sweet and fresh

Then the sudden smell of burning flesh

Here is a fruit for the crows to pluck

For the rain to gather

For the wind to suck

For the sun to rot

For the tree to drop

Here is a strange and bitter crop.

By Abel Meeropol.

version sous-titrée et lien vers la vidéo de Billie Holiday

https://www.youtube.com/watch?v=Web007rzSOI

Southern trees bear strange fruit
Les arbres du Sud portent un fruit étrange
Blood on the leaves and blood on the root
Du sang sur leurs feuilles et du sang sur leurs racines
Black bodies swinging in the southern breeze
Des corps noirs qui se balancent dans la brise du Sud
Strange fruit hanging from poplar trees
Un fruit étrange suspendu aux peupliers

 

Pastoral scene of the gallant South
Scène pastorale du vaillant Sud
The bulging eyes and the twisted mouth
Les yeux révulsés et la bouche déformée
Scent of magnolia sweet and fresh
Le parfum des magnolias doux et printanier
Then the sudden smell of burning flesh
Puis l'odeur soudaine de la chair qui brûle

Here is a fruit for the crows to pluck
Voici un fruit que les corbeaux picorent
For the rain to gather, for the wind to suck
Que la pluie fait pousser, que le vent assèche
For the sun to ripe, to the tree to drop
Que le soleil fait mûrir, que l'arbre fait tomber
Here is a strange and bitter crop !
Voici une bien étrange et amère récolte

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimi 24/01/2018 16:52

Effectivement, l’étymologie des mots n’est pas toujours réjouissante ! Laisser son nom à la postérité n’est pas toujours une valeur sûre !