Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par pol

Alexis Godillot, entrepreneur français (1816-1893) a vu sa carrière exploser sous le second empire. Il devint en effet organisateur officiel des fêtes. Sa société était alors chargée de décorer les villes dans lesquelles Napoléon III se rendait.

Pourtant le nom de Godillot est surtout passé à la postérité pour la conception de chaussures manufacturées à partir des années 1850. Fournisseur de l'armée pour divers matériels durant la guerre de Crimée, ce sont ses bottillons réputés pour leur solidité, leur imperméabilité et leur confort durant la marche qui vont assurer son succès. Ces Godillots équiperont les soldats français jusqu'à la seconde guerre mondiale et le nom, même s’il est dorénavant peu utilisé est demeuré dans le langage populaire comme synonyme de grosses chaussures genre brodequins.

Le saviez-vous: c’est à Alexis Godillot  que l’on doit la distinction du pied droit et du pied gauche dans nos chaussures et l’adjonction d’une courbure de la semelle intérieure pour épouser la forme de la voûte plantaire.

Dans les années 1960, ce terme revint à la mode grâce aux politiques. Les soutiens du Général de Gaulle qui le suivaient aveuglément quelque soient ses décisions se surnommèrent parti godillot pour montrer leur soumission indéfectible envers le général. Depuis l’expression parti godillot, quoiqu'un peu désuète, est restée pour  qualifier les membres qui suivent la ligne du parti sans discuter. Une impitoyable discipline séculaire à la papa du temps d’avant qui doit laisser rêveur dans nos partis politiques actuels englués dans les plus basses tractations pour sauver un maximum de sièges et survivre en ce début de quinquennat d'Emmanuel Macron.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimi 13/05/2017 23:49

C'est sûr que maintenant les rats quittent les vieux navires et font du stop pour essayer d'attraper le supersonique qui leur passé sous le nez. Des vieux godillots, ils n'en ont gardé que l'odeur...